Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Imprimer Pdf

|||

Météo-France commande à Bull 30,5 millions d’euros pour la nouvelle génération de ses supercalculateurs d’une puissance crête totale de plus de 5 Petaflops à l’horizon 2016

Publié le 15 novembre 2012 par Pierre Picard

Les supercalculateurs bullx™ seront utilisés pour les prévisions météorologiques et la recherche sur le climat

Dotés d’un système à refroidissement liquide très innovant, les supercalculateurs bullx sélectionnés par Météo-France produisent une très faible empreinte carbone.

Météo-France a sélectionné les supercalculateurs bullx B700 DLC de Bull pour la nouvelle génération de ses moyens de calcul. Les supercalculateurs seront installés à Toulouse sur le  site de Météo-France à partir du premier trimestre 2013, puis à l’automne à l’Espace Clément Ader[1]. Dotés d’un système de refroidissement innovant ultra performant, équipés des processeurs Intel® Xeon® de dernière génération, les supercalculateurs bullx livreront dans une première étape (2013-2014) une puissance de calcul d’environ 1 Pétaflops[2], puis à l’horizon 2016, une performance totale dépassant 5 Pétaflops.

Cette augmentation des moyens de calcul de Météo-France se traduira par une évolution technologique importante : le passage de la technologie vectorielle à la technologie scalaire qui repose sur les standards du marché et permet de fournir une puissance de calcul parallèle nettement supérieure pour un moindre coût total de possession.

Le choix de Météo-France souligne le savoir-faire développé par Bull en matière de parallélisation des codes applicatifs utilisés dans les domaines de la météorologie et des sciences du climat. Une plus grande parallélisation est essentielle pour l’utilisation optimale des machines. Elle entraîne une évolution indispensable des codes de calcul qui représente en elle-même un grand challenge, auquel sont confrontés tous les instituts météorologiques dans le monde.

« Bull est fier du choix de Météo-France pour nos plus récents et nos plus puissants supercalculateurs bullx. » déclare Philippe Vannier, Président-directeur général de Bull. « Le choix de Météo-France confirme la capacité de Bull à aider les grandes organisations dans la modernisation de leurs infrastructures de calcul, dans les domaines vitaux pour la société et stratégiques pour les Etats que sont aujourd’hui la prévision météorologique et l’étude du climat » conclut Philippe Vannier.

Un système de refroidissement ultra-performant qui optimise la consommation électrique

Météo-France a souhaité contenir les consommations en électricité et systèmes de refroidissement de ses supercalculateurs tout en multipliant par un facteur de plusieurs dizaines la puissance de calcul utile disponible. La consommation électrique des data centers – plusieurs MegaWatts pour les plus grands – est devenue en effet le principal facteur limitant la puissance de calcul.

Dans un data center idéal, l’énergie ne serait consommée que par les serveurs, ce qui se traduirait par un PUE[3] de 1. En pratique, un data center utilise d’autres équipements consommateurs d’énergie, notamment les systèmes de climatisation, qui peuvent élever le PUE autour de 1,8. En sélectionnant le supercalculateur bullx B700 DLC (Direct Liquid Cooling), Météo-France a choisi des moyens de calcul intensif dotés d’un système de refroidissement qui permettra de multiplier à terme la puissance de calcul d’un facteur 50 par rapport à aujourd’hui avec une emprise au sol et une consommation électrique maîtrisées.

Faisant l’objet de dépôt de plusieurs brevets d’invention, la technologie de refroidissement liquide direct développée par Bull est révolutionnaire. Le refroidissement s’effectue à l’intérieur de la lame, par contact direct entre les composants chauds (processeurs, mémoires…) et une plaque froide dans laquelle circule un liquide caloporteur. Permettant l’utilisation d’eau tiède pour le refroidissement, elle améliore la performance énergétique d’environ 40 % par rapport aux data centers traditionnels – tout en conservant la même facilité de maintenance que des serveurs standards refroidis par air.


[1] Projet fédérateur regroupant l’Institut Clément Ader (ICA), le CRITT Mécanique & Composites, la plateforme de micro-caractérisation des matériaux ainsi que la plateforme de calcul intensif qui hébergera notamment les supercalculateurs de Météo-France et du Pôle Recherche et Enseignement Supérieur “Université de Toulouse”.

[2] Le Pétaflops est une unité mesurant la puissance des supercalculateurs. Un Pétaflops signifie un million de milliards d’opérations par seconde.

[3] Le Power Usage Effectiveness (PUE) est la mesure de l’efficacité énergétique des centres de calcul. Le PUE a été introduit par « The Green Grid », une association globale de sociétés IT. Le PUE est défini comme le rapport de la consommation d’énergie électrique totale du centre de calcul (appareils IT plus équipements d’infrastructures) sur la consommation d’énergie électrique des appareils IT seuls.

Comments are closed.