Twitter Facebook Google Plus Linkedin email Imprimer Pdf

|||

Le réseau à l’heure de la révolution du data center

Publié le 25 aout 2011 par Pierre Picard

Jean-François Tourneix - Directeur de l’entité Avant-vente Réseaux

~8778823OK

Jean-François prend la direction de l’entité Avant-vente Réseaux&Sécurité mi 2007 après plusieurs années responsable du développement des ventes de solutions de réseaux et des partenariats avec les constructeurs de réseaux, pour l’Afrique, l’Europe de l’Est, l’Asie et les DOM-TOM. Il est diplômé de l’Université Paris XIII-Evry avec une licence Informatique industrielle.

Avec la généralisation des démarches de consolidation et de virtualisation, et un mouvement de fond vers le Cloud et les architectures orientées service, le data center connaît actuellement un bouleversement sans précédent. Composante essentielle de l’infrastructure, le réseau n’est pas étranger à cette transformation. Pour concrétiser tous les bénéfices attendus en termes de souplesse d’exploitation, de qualité de service, de maîtrise des coûts et de réduction de l’empreinte environnementale, le réseau doit s’adapter aux technologies et à la philosophie du data center nouvelle génération.

Le réseau aujourd’hui : banal et critique

Dans un environnement technique et professionnel de plus en plus distribué, le réseau est sollicité par un nombre sans cesse croissant d’utilisateurs et de flux de natures variées : applicatifs web, téléphonie, messageries unifiées, données multimédias… Parallèlement, les usages et les attentes évoluent. À mesure qu’une part croissante de l’activité se déporte en ligne, le réseau vit de plus en plus au rythme de l’actualité de l’entreprise (opérations commerciales, grands projets…). Pour les collaborateurs comme pour les clients, le réseau devient tout à la fois critique et banal. Désormais, il apparaît naturel aux utilisateurs d’avoir une connexion fiable, rapide et permanente vers tous types de terminaux et d’accéder à leurs données à n’importe quel moment et depuis n’importe où. Ces cinq dernières années, le nombre de systèmes connectés a décuplé, et en 2011, il se sera vendu plus de smartphones avec connexion wifi et de tablettes que de PC, signe d’un basculement vers une mobilité tous azimuts. Et le réseau est en première ligne !

Or, de même que le temps où l’on empilait les serveurs et les baies de stockage est révolu, accroître la bande passante ne peut être la solution. En tant qu’élément clé de l’infrastructure, le réseau doit s’adapter aux évolutions structurelles, technologiques et fonctionnelles du système d’information, mais il doit aussi s’inscrire dans la politique globale de la DSI. En particulier, il n’échappe pas à ses objectifs de réduction des coûts.

Optimisation et rationalisation

Pour les réseaux, l’heure de l’optimisation et de la rationalisation a donc sonné. Tant pour des raisons opérationnelles qu’économiques, le réseau doit suivre le mouvement engagé par la virtualisation des serveurs, et permettre, lui aussi, une allocation dynamique des ressources, notamment pour absorber les pics de charge. Organiser les switchs en cluster constitue une des réponses aux contraintes de bande passante, de disponibilité et de sécurité tout en évitant de multiplier à l’excès les équipements. Une autre tendance émergente, et appelée à prendre de l’importance, est la convergence des réseaux SAN et LAN sur des infrastructures de type FCoE (Fibre Channel over Ethernet), dont les normes se mettent peu à peu en place.

Pour qu’une démarche de consolidation porte pleinement ses fruits, doit y être associé un pilotage fin des ressources. Le réseau y échappe d’autant moins qu’avec l’émergence du Cloud et le recours à des services en ligne extérieurs à l’entreprise, sa performance globale dépendra en partie de prestataires externes. Or, du point de vue de l’utilisateur, la DSI demeurera comptable des niveaux de service. Celle-ci devra donc établir et alimenter la gouvernance du réseau en plaçant des instruments de mesure, en analysant les flux, en organisant un reporting précis et régulier. Au niveau opérationnel, on peut également s’attendre à un rapprochement des différentes tâches d’administration et de provisioning dans un contexte où l’ensemble des ressources d’infrastructure seront allouées dynamiquement.

Un paysage en plein bouleversement

Ces évolutions en termes de technologie mais aussi d’approche voient donc les aspects réseau monter en puissance au sein du data center, et les constructeurs se préparer à prendre une importance croissante. De nombreuses initiatives récentes démontrent leur volonté d’étendre leur couverture du data center et de l’infrastructure au sens large : lancement des serveurs UCS et tout récemment de la tablette Cius par Cisco, acquisition de 3Com par HP, rachat de Foundry Networks par Brocade… Si l’on ajoute enfin l’évolution de certains métiers (les responsables réseaux sont, par exemple, amenés à reprendre la gestion de la téléphonie IP auparavant sous la responsabilité d’autres entités), c’est bel et bien tout le paysage réseau qui est en plein bouleversement.

A tous points de vue, le réseau est donc au cœur de la transformation du data center et de la DSI. Partenaire de longue date des principaux fournisseurs réseau du marché, mais aussi expert de l’ensemble des briques techniques du data center (serveurs et virtualisation, stockage, réseau), Bull accompagne ses clients dans cette évolution. Du conseil en amont à la mise en œuvre et jusqu’à la supervision, Bull apporte l’expérience d’un multi-spécialiste sur le nouveau chantier réseau. Car l’enjeu primordial demeure l’optimisation ou le rétablissement de la performance du data center, et, parce qu’il dépasse l’une ou l’autre de ses composantes, il doit être abordé globalement.

Plus d’information >>>> http://www.bull.com/fr/reseaux/index.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*